Surpeuplez le monde de projets

 

DSC_0020

Peupler le monde de rêve, crayon et fusain, 27,3 x 35,7, cm, août 2020, copyright Diane Alazet

 

Voilà une période bien étrange avec pour toile de fond les râles d’une pandémie mondiale et les chaleurs moites d’une fin d’Août. On entend beaucoup de choses. On entend que la deuxième vague déferle droit sur nous, que le reconfinement est peut-être pour octobre. Alors, bien sûr, c’est difficile, de renouer avec le rêve. C’est difficile de concevoir son faubourg des possibles. Et pourtant, nous le devons, nous le devons absolument. Le monde est un livre d’enfants aux infinités d’aventures. Il y a mille et une choses à tenter. Peut-être qu’il faut une plage horaire pour ré-apprendre à façonner. Les artistes ne sont pas les seuls à devoir bâtir et créer. C’est notre tâche à tous.

 

Fermez les yeux. Prenez un temps. Et autorisez vous à croire. Pensez aux millions de projets que vous pourriez tous entreprendre. Tout quitter pour le voyage ou devenir entrepreneur ? Se dédier au parapente ou partir faire les saisons ? Devenir propriétaire ? Reprendre l’entreprise familiale ? Ne plus travailler du tout ? Devenir artisan ? Je voudrais être dans toutes les têtes pour sentir le frisson du rêve. Si moi, je ferme les yeux, je vois une multitude de flèches. Elles indiquent des chemins plus ou moins réalistes, plus ou moins compatibles, aussi. Si j’y pense à midi, je contemple un terrain gigantesque peuplé de saules pleureurs, une petite barque, un lac. Dessus, un tout petit logis qu’on appelle Tiny house chaleureusement aménagé selon mon bon vouloir. A une centaine de mètres, une maison éco-responsable que le commun des hommes appellent des « Kerterres », ce sont des abris ronds, tout-conçus à la chaux. Et les cercles vitrés y laissent irradier la lumière. Bon et puisque c’est moi qui décide, je veux une cabane isolée pour mettre une grande bibliothèque, des poufs, des canapés. Ça fera battre mon coeur plus fort. Une cabane dans les arbres. Le rêve d’un abri sous terrain. L’été j’y inviterai mes amis, ma famille. Il y aura la place pour tout le monde. Et nous trinquerons « Aux projets », dans les hamacs tout près des saules. Pour des soirées entières, nous referons le monde. Il y aura des rires, des bouteilles, des lanternes. Et le reste du temps j’y écrirai des livres. Parce que dans mon projet, je suis un auteur édité.

 

Et comme l’homme est contradictoire et qu’il veut tout et son contraire, si je ferme les yeux à quinze heures, je concevrai une scène nouvelle. Je suis auto-entrepreneur et j’ai créé mon entreprise dans le tourisme de voyage, sur les traces d’Hemingway ou d’Homère, dans les pas de cultures anciennes, à retracer les sentiers celtes ou les batailles vikings. Petits voyages organisés ou campings sauvages. Pourquoi pas en voilier.

 

La période est étrange mais ça ne change rien du tout. S’il n’y a plus personne pour rêver, nous sédentarisons nos crânes. Si l’homo sapiens a lâché ses beaux rêves de voyage, il reste nomade dans sa tête. Et c’est ce qui créer la passion, l’adrénaline, l’ambition, l’existence. Toi qui me lit, exalte toi ! Surpeuple le monde de rêves, sature le de projets. Attèle toi à les voir un jour réalisés. Et volons l’audace aux poètes.

 

D.A

Quand on aspire à l’art

 

 

DSC_0017 - copie

Quand on aspire à l’art, dessin et collage, fusain, crayon, 27,3 x 35,7 cm, copyright Diane Alazet

 

 

Quand on aspire à être artiste, on est souvent un petit peu seul. On voit se dessiner lentement les carrières triomphantes des autres. On voit le monde évoluer au fil des ans, des lustres. La toile « Situation » se tisse avec délicatesse et très progressivement, vous sentez l’écart se creuser.

 

Quand on aspire à être artiste, on travaille par devoir. Les jobs sont des cases hasardeuses qu’on coche et qu’on décoche selon les phases d’inspiration et les allées/retours des muses. Parfois, pendant six mois, je suis incapable de produire. Alors, je lègue mon âme au job alimentaire. Un jour, des phrases et des idées re-bourdonnent dans ma tête, comme un mélange confus de pages à inventer. Alors, je sais qu’il faut reprendre la plume et le crayon.

 

Quand on aspire à être artiste, on est guidé par deux extrêmes. D’abord celui de réussir sa carrière artistique ; un jour être édité et que des lèvres prononcent vos noms. Rééxposer des oeuvres dans des événements plus solides. Mais tout ceci est un pari et vous le savez bien. Il se peut qu’à soixante cinq ans, Diane Alazet soit anonyme, que je ne sois pas auteur, que je ne sois pas photographe. Quand on aspire à être artiste, alors, sa vie entière repose sur une partie de pile ou face, une table de black jack où le jeu dure soixante dix ans. On gagne, on perd, on risque, on relance. C’est peut-être ça la vie quand on aspire à être artiste. Et le deuxième extrême s’insinuera bien malgré nous : on se dit que si on échoue, on aura tout perdu. Alors, on songe tout de même socialement à bâtir une carrière parallèle où le corps du réel pourra trouver son compte.

 

Quand on aspire à être artiste, on est tiraillé de partout, entre le pari de la création et le devoir de réussite. On se dit qu’il faudrait que les deux se rejoignent, oui mais en attendant… en attendant, il faut construire. C’est un étrange fatras dont j’ai grand peine à me sortir. Et des questions candides viennent surpeupler ma petite tête : que fait on dans la vie quand on n’est pas artiste ? Faut-il prendre le pari ou lutter contre l’art ? On n’est pas plus heureux quand on ne réfléchit pas ? Si pour une dose d’inspiration extrême, folle, tenace, merveilleusement extatique on doit connaitre des jours (voir des semaines) de troubles créatifs et de doutes d’existence, cela vaut-il la peine ? Malgré tous mes efforts pour me convaincre que non, si je suis aspirante artiste, je sais pourtant que si. Une cure de désintox pour les êtres qui créent, ça n’existe pas. Et cela reviendrait à opérer le monde, un acte chirurgical pour détruire les cellules du rêve.

 

Quand on aspire à être artiste, on vit un peu avec tout ça. Et si je me pose la question de prendre le pari ou non, la réponse résonne au centuple. Oui. C’est vrai, c’est une partie de poker. C’est vrai qu’on est sûr de rien. Mais c’est le rôle des funambules de savoir tenir sur le fil, le temps d’une représentation, du point A au point B. Et si on aspire à rien d’autre qu’à devenir artiste, il faut avoir la force de défier les schémas sociaux. Perdre ou gagner compte peu, c’est un bras de fer aux forces égales. Et si le public est vacant ou qu’on ne parie pas sur vous, souriez, jeunes artistes, et reprenez les armes. Un jour, ce même public vous acclamera peut-être. Et la beauté de ce pari est dans ce drôle d’aspect opaque : peut-être que oui, peut-être que non. Pour le savoir, il faut créer, produire, montrer, proposer et le monde décidera du reste.

 

D.A