Le régime des images

Iconocratie (réinterprétation des Iconologies), 27,3 x 35,7 cm, fusain et marqueur, janvier 2021, Copyright Diane Alazet

Cette succession de confinements aura laissé des traces. On a souvent parlé des conséquences de l’enfermement sur le poids des français, peu d’exercices, flemme, repas copieux, gourmandise. Puisque la société se soucie du visible, on l’a vite exhorté à refaire du cardio, à manger plus sainement, à retrouver la ligne. C’est d’un autre type de régime que je souhaite vous parler. Ces mois de confinement ont sans doute exacerbé quelque chose que la toile subissait depuis des années : la consommation abusive de contenus abrutissants : chaines d’infos continues, fake news, liens putaclics et j’en passe. Comme les effets d’un manque d’exercice ou de la mal bouffe sur le corps, la consommation d’images a un impact non négligeable sur le fonctionnement du cerveau. Sans réflexion, sans analyse, noyée dans le divertissement, le champ cognitif, lui aussi, voit apparaitre son bide à bière. C’est en apportant au cerveau des contradictions qu’il se muscle et qu’il s’active. Dans un monde où les paramètres YouTube offre un contenu adapté à votre propre vision du monde, on oublie les avis contraires ou bien on tente de les faire taire.

Alors, derrière mon petit écran d’ordinateur Apple, je me dis que je mérite un peu mieux que tout ça. Je repense aux kilos en trop stockés au premier confinement et aux semaines qui ont suivi, lorsque je m’appliquais à me sentir mieux dans mon corps, à l’alimenter plus sainement. Pourquoi n’avons-nous pas un raisonnement analogue concernant l’impact des images ? Notre cerveau ne mérite-il pas de consommer de bons apports ? Après des mois d’excès de jeux et de divertissements, de vidéos dogmatiques calées sur nos propres vérités, peut-être est-il temps de reprendre la route du réel. Dans la réalité, un événement a mille facettes et l’on peut tour à tour croire deux avis contraires sans qu’aucun des deux camps ne profère de mensonges. Dans la réalité, on accepte qu’on ne sait pas tout et que l’étendue écrasante des connaissances humaines ne sera jamais synthétisée dans un petit cerveau humain. Alors, on accepte également que l’erreur est possible ; on interroge les vérités et on ne les assène pas. On accepte qu’une thèse vérace sera peut-être fausse demain. Ce sont toutes ces contradictions que nous effaçons tranquillement. Nous laissons les écrans devenir nos précepteurs en oubliant que les écrans ne sont que des courbes sur des lignes.

Etrange d’imaginer un Alexandre Le Grand formé et éduqué par une nouvelle technologie. Twitter est le nouveau Socrate. Les images ont prit une place démentielle dans nos vies. Il est peut être temps d’en faire quelque chose. Je pense à la bedaine qu’à du prendre mon « intelligence ». C’est décidé, je me mets au régime des images. Je veux tenter de rééduquer ce petit cerveau ramolli. Comme un régime alimentaire, il faudra être fort et les tentations seront légions. J’imagine mes synapses travailler l’élasticité, puis réaliser douloureusement leurs cinq séries de gainage. J’imagine le travail des mois sur le drôle d’organe oublié. Ça n’empêchera jamais les quelques rechutes d’usage, il ne s’agit pas d’extrémisme. J’ai une fringale de connaissances j’espère en devenir affamée et trouver méticuleusement les meilleures sources pour les nourrir.

D.A

C’est quoi déjà l’Avenir ?

L’Avenir, réinterprétation des Iconologies, fusain et marqueur, 27,3 x 35,7 cm, janvier 2021, Copyright Diane Alazet

Il y a quelques jours, j’ai regardé une émission de grande écoute dans laquelle un psychologue expliquait les effets dramatiques qu’aurait la crise sanitaire sur la jeune génération. Il rappelle que dans son enfance, le futur était synonyme de progrès, au sortir d’une guerre déplorable où tout était à reconstruire. Nos parents ont vécu un âge d’or de l’emploi et propulsé l’avènement de revendications fondamentales pour la société moderne. C’est sous leur règne qu’est apparue l’émancipation des femmes, ainsi qu’une plus grande considération des soucis des minorités. L’identité a changé. Le monde a changé. Ils se sont levés pour le droit à l’avortement, pour la conscience climatique, contre les massacres au Vietnam. Et le changement à cette époque semblait quelque chose de possible. La lutte avait un sens.

Difficile en 2021 pour la jeune génération de ne pas sombrer dans une forme aiguë de désespoir face à l’avenir. La crise sanitaire a emporté de nombreux rêves, le sort des étudiants en est la preuve irrévocable. A ce temps où le futur était synonyme de progrès, nous opposons l’idée d’un avenir troublé, sans emploi immédiat, sans possibilité de construire des projets viables, avec la certitude que la situation climatique nous poussera très bientôt dans nos tout derniers retranchements. Nos parents dressaient des barricades avec l’espoir au ventre, nous menons nos manifs avec la peur aux tripes. Nous sommes la génération de ceux qui ne peuvent plus reculer et j’ai peine à imaginer ce que ressentiront nos héritiers.

Il y a quelques semaines, j’ai rêvé d’une scène bien étrange. L’humanité vivait dans un monde apocalyptique. Nous comprenions que cet état de prise de conscience aiguë des problèmes climatiques – d’ordinaire éprouvé deux heures par semaine lorsqu’on check un documentaire alarmiste – était devenu normalisé. Nous avions oublié l’insouciance et l’aveuglement, car le chaos était là matérialisé sous nos yeux. Puis, tout a coup l’humanité prenait conscience de l’inéluctabilité des faits : nous y passerions tous. Alors, quelque chose de sublime vint recouvrir tout ce bordel. C’était la masse humaine qui faisait vibrer sur le monde son action la plus généreuse. Un immense amas de lumière qui sait qu’il s’apprête à s’éteindre. La fulgurance sublime de l’éclair final.

Je me suis réveillée en sursaut dans un état d’esprit serein. Ce cauchemars apparent était un très beau rêve. Je sais que tout cela est étrange, que pour la première fois de l’histoire le futur est synonyme de doute et surtout… de pire. Mais il existe tant d’outils pour briller avant le dernier acte. C’est peut-être le moment de créer quelque chose de beau et de bâtir des solutions à la hauteur de nos espoirs. Il est peut-être temps de penser à ce que nous laisserons. Ne laissons pas dire que nous n’étions qu’une vaste espèce de dégénérés. Ne laissons pas entendre que la beauté n’existait pas : faisons survivre les chefs d’oeuvres et créons-en de nouveaux. Montrons la partie éclairée de ce que peut être l’homme.

D.A

Les guides de poche

L’Art (revisité), réinterprétation moderne des Iconologies, fusain, 27,3 x 35,7 cm, janvier 2021, copyright Diane Alazet

Dans cette période étrange où les professionnels de santé nous prédisent des conséquences graves sur le mental des hommes, il semble fondamental de s’accrocher aux bons outils. Dans une ère où tout est trouble, l’avenir professionnel, les retours climatiques, comment refuser la panique et trouver la sérénité ? J’ai trouvé ma réponse dans un rayon de bibliothèque. Pour les besoins de mon roman, j’ai dû relire Les cerfs-volants de Gary, pensant n’y exploiter que des éléments théoriques. Premier chapitre, bim. Une jeune fille ambitieuse qui désespère de ne pas trouver la voie glorieuse qui lui incombe, les prémisses du nazisme, l’assassinat de l’insouciance, répression de l’espoir. Et dans les odes de résistance de la plume de Romain Gary quelque chose est revenue en moi, une soif inaltérable de rêve et de bataille contre la belle période de merde que nous sommes en train de vivre.

Je me suis alors souvenue de ces milliers de guides qui trainent dans la poussière en attendant leur heure de gloire. Chaque fois que j’ai dû traverser une période difficile, la littérature était là. Elle m’est devenue si familière que selon la situation, je peux déterminer l’auteur qui saura le mieux m’aiguiller. Il y a des clés laissées dans les peintures d’histoire et dans les plans séquences des 35 mm. Nous vivons des temps difficiles mais les réseaux de résistance se sont déjà constitués à l’abri des regards. Tant qu’il nous restera ces malles aux trésors de l’histoire, nous nous battrons à armes égales. J’en viens à songer à me constituer une valise d’urgence remplie de guides de poche. Tout a beau mal tourner, on a beau perdre le contrôle, le monde ne m’effraie pas tant que mes sacs contiennent des pages. Chacun a ses guides propres, moi j’emmènerais avec moi L’éducation Européenne, Les Cerfs-volants, Lady L, Les racines du ciel, Martin Eden, Le vagabond des étoiles, Tous les hommes sont mortels, Jane Eyre, Le Petit prince. Il faudra La vie est ailleurs et l’Insoutenable légerté de l’être et Portrait de Femmes et Roderick Hudson, Le vieil homme et la mer, Pour qui sonne le Glas, Gatsby Le Magnifique et Tendre est la nuit. Il faudrait une valise qui fasse trois fois mon poids.

J’initie une série de dessins sur les modulations de l’iconographie à travers les âges – et tout particulièrement à notre époque. Ils reprendront chacun une grande thématique des Iconologies de Cesare Ripa, chercheur du XVIe siècle, revisité à l’aune de la période actuelle. Le premier de la liste est celui de l’article. La grande illustration centrale est l’allégorie de l’Art (numéroté XII comme dans l’œuvre de Ripa). J’ai tenté d’en proposer une définition plus complexe (puisque la crise contemporaine l’exige) : ainsi au symbole initial j’ai ajouté les masques de la comedia dell’arte, car je vois désormais l’art sous le prisme d’un aide-soignant dédié aux esprits abimés. Il reste une option viable pour ne pas sombrer dans le désespoir de l’avenir. De même pour le stéthoscope en haut à droite. Le tas de livres est une incarnation contemporaine et modernisée de l’art. Les grandes idées abstraites doivent bien trouver des corps pour exister et perdurer. La cible est une référence à la situation dramatique du monde de la culture en ce moment. C’est une valeur mise en danger. Ainsi, le dessin témoigne d’un changement de paradigme : d’un XVIe siècle enclin à la synthétisation d’une idée (où l’illustration de l’art comme une femme maniant des outils se suffisait à elle-même) à une époque qui revendique une recomplexification des valeurs abstraites en leur injectant des éléments de problématiques modernes. L’art a toujours été complexe mais on ne le montrait pas. Aujourd’hui, il l’est tout autant, mais on le revendique.

 D.A     

Dans la boutique des inventions

Cartographie intime I, dessin sur parchemin, 21 x 29,7, décembre 2020, Copyright Diane Alazet

Il est une chose extraordinaire avec la création ; elle ne s’épuise jamais. Oh parfois on se laisse dépasser par les doutes et les questionnements mais la roue tourne toujours. Un matin, on se réveille, le cœur battant à mille à l’heure, les pensées se succèdent avec vivacité, on sait que c’est reparti. Dans ces moments d’adrénaline, on contemple à nouveau la grande boutique des inventions. On entre sagement mais bien décidé à dénicher des ingrédients qui nous feront tout réinventer. Les étagères sont pleines de milliers de composants, des familiers, des moins connus. Je suis toujours tentée d’attraper mes compagnons de route, quelques blocs de fusain, un crayon noir tout simple. Mais cette fois, j’ai trainé dans la boutique des inventions pour pouvoir contempler la pluralité matérielle.

Et je fus toute émue de son immense richesse : dans les rayons étroits, il y avait tous les instruments des créateurs, des artisans, des peintres et des dessinateurs. Là, des pastels par milliers. Ils contenaient des couleurs que je n’avais jamais vues. Ici, de l’aquarelle. A gauche des matériaux aux textures enchanteresses, à droite, de drôle de collages et des superpositions d’objets. C’est bien la boutique du renouveau d’inspiration. Il suffisait d’ouvrir les yeux, tout était à portée de main, à portée d’imagination. Alors, je remarquais un petit tas de vieux papiers. Tiens, des parchemins. Mais à quoi cela peut-il bien servir ? Comment créer-t-on sur parchemin ? J’attrapai l’une des feuilles et elle fit chauffer mes deux mains. « Je reconnais le signe, c’est donc mon matériau ». 

Je payais le propriétaire et m’en retournai chez moi. Tout juste arrivée, je déballai mes emplettes. « Mmmh, que vais-je faire de toi ? ». Soudain, je me remémorais les vieilles cartographies qui m’avaient fasciné lorsque j’étais enfant. « Voilà, c’est ça. Je vais créer une carte, ce sera ma première expérience de dessin sur parchemin ». Alors il fallut s’activer et ne rien laisser au hasard pour esquisser mon petit monde. Ces milliers d’étagères contenait un trésor et elles ont le mérite de faire vibrer l’âme des artistes. Je terminais ma petite œuvre, toute contente à l’idée d’avoir expérimenté une création nouvelle.

Je m’endormais paisiblement, sereine, joyeuse. Je connaissais maintenant l’existence de la boutique des inventions et je me disais simplement « Les artistes ne sont pas seuls ». Alors je me blottis contre ma muse ensommeillée.  

D.A

Les petits sacs de graines

Les petits sacs de graines, fusain, 27,3 x 35,7 cm, décembre 2020, copyright Diane Alazet

Qu’est ce qui détermine ce que nous sommes ? Cette question, je n’ai pas cessé de me la poser ces dernières semaines. Passant quelques jours en famille, j’ai pu avoir du temps avec mon neveu et ma nièce. Un flot de questionnements m’a emporté sur le quai de gare. Prenons une famille lambda, trois enfants issus des mêmes parents biologiques, du même contexte social, pratiquant les mêmes activités. Ils auront beau être égaux et grandir dans des conditions similaires, il y a fort à parier que ces trois individualités prendront des routes très différentes. Je trouve ça fascinant. A quoi cela peut-il bien tenir ? Qu’est-ce qui nous appartient ? Qu’est ce qui dépend du monde ? Je regarde ces petits loulous et je me demande qui ils deviendront, s’ils seront introvertis ou ultra sociables, ce qui les questionnera dans la vie, s’ils s’entendront ou non. C’est un mystère de plus à passer les mailles du cerveau. J’ai une immense admiration pour la manière qu’à ma soeur d’éduquer ses enfants, loin des trop pleins d’écrans, des abus de plastique, dans un respect immense de l’autre. On voit tant de schémas aliénants pour l’humain que ce genre de modèle fait renaitre l’espoir.

Quel est l’impact exact de l’éducation ? Où nait la personnalité de l’enfant ? Quelle est sa part à lui ? Une fois transmis et inculqué son savoir d’être humain, de belles valeurs, la joie, les rires, la culture, l’importance de la morale, les interdits, les rêves, que peut encore faire le parent ? Où naissent les passions et les sensibilités ? Pourquoi lui choisira de dévorer des livres quand son frère adoptera le hobby du football ? Est-ce qu’il y a quelque chose latent en chacun de nous ? Peut être que les parents déposent des sacs de graines, des milliers et des milliers de petits sacs de graines. Lui décide d’attraper ce sac pendant qu’elle en choisit un autre. Ils arrosent et nourrissent les petites graines aléatoires jusqu’au jaillissement poétique de ce qu’on nomme « le caractère ».

Dès lors, je me demande en observant les gens pourquoi celui là est devenu médecin, pourquoi celle-ci est journaliste, ce qui a poussé ce monsieur a travaillé dans le monde du livre et ce qui a poussé cette femme a vivre en auto-suffisance. Jusqu’à quel point sommes nous libres de ce que nous sommes devenus ? Faut-il encourager les enfants à se développer selon leurs propres règles ou est-ce absolument nécessaires de leur faire admettre ceux du monde ? Je regarde ma soeur et je la trouve incroyablement forte. J’ai déjà vu des gens faire des enfants pour faire des enfants, par pur respect des traditions. Elle n’est pas de ceux là, ce qu’elle transmet à sa jeune meute c’est un savoir ancien, perdu : l’essence de ce qui compte, de ce qui compte vraiment. C’est une graine lumineuse déposée dans le monde. Je réalise que les enfants font renaitre les mythes, surtout celui de Pygmalion. Un sculpteur de génie taille une oeuvre exceptionnelle, il en tombe amoureux. Il prie pour qu’elle prenne vie, le voeu est exaucé puis l’oeuvre d’art s’émancipe de la main mise du maitre.

L’éducation d’un enfant, c’est une oeuvre d’art sur vingt ans (et plus encore). Au départ, j’imagine qu’on prépare les onguents, on mélange les pigments, on les choisit d’ici, de là. Tout bon peintre souhaite avoir les meilleurs matériaux et il s’active à la commande. Peut-être qu’une partie de l’oeuvre dépendra de cette première étape. Pour l’artiste tout compte et il fait ce qu’il peut. Parfois quelques détails échappent à sa gouverne mais il en garde les rennes. Et puis un jour, le grand portrait prend son indépendance. Il garde les acquis que les grands lui ont transmis et il fait son chemin, selon sa propre voie. Et l’oeuvre d’art grandit, vadrouille et vagabonde, elle se peaufine encore (et elle se peaufinera toujours). Les écoles sont remplies d’oeuvres d’art en construction. La société regorge de tableaux émancipés. Si les parents sont des sculpteurs, ma soeur est Michel-Ange. Je comprends maintenant l’importance du rôle de l’éducation, on aurait mieux fait de commencer par là. Ça nous aurait peut être épargné une crise climatique et une résurgence des théories complotistes. Aux parents éclairés et aux graines lumineuses, merci.

D.A

Je veux être écrivain

La naissance des oeuvres d’art, fusain, 27,3 X 35,7 cm, décembre 2020, Copyright Diane Alazet

On le connait bien ce sentiment quand on a l’habitude d’écrire ; c’est une conviction un peu folle et parfaitement déraisonnable. Elle arpente l’imagination et le domaine des rêves pour venir déposer ses graines. En premier lieu, c’est une idée. On pense à un contexte ou à une situation, une phrase interceptée quelque part dans le réel, un idéal, une lutte, un fantasme, qu’importe. Les personnages hypothétiques ne sont que des noms dans une tête et tout est à construire. Il leur faut un décor pour exister un peu, un caractère, des connaissances, des peurs, un dialecte. Au fil des mois de réflexion, l’univers se peaufine. Ce sera une femme, vingt huit ans environ. Physiquement, je la vois bien comme ça. Elle pourrait avoir pour parents des gens de telle classe sociale. Ce type d’étude lui irait bien. Et ses rapports sociaux dans tout ça ?

Dès lors, après des semaines, des mois, voir parfois des années, les personnages dans nos caboches sortent peu à peu des synapses. Les idées deviennent des mots, les mots des pages, puis les pages des chapitres. Et les protagonistes se laissent raconter. Ils se métamorphosent en flots d’encre ordonnés. C’est comme une sculpture à l’ancienne. D’abord un gros bloc tout brut. Certains le choisiront dans les carrières de Carrare, d’autres dans le ravin d’à côté. Peu importe. En second lieu, durant la taille, une appropriation douce, une familiarisation. Le visage qu’on imaginait se dessine lentement dans la pierre et le sculpteur peaufine et peaufine et peaufine. Un jour, le visage est acté et le marbre reproduit fidèlement ce que le cerveau avait peint. Alors le personnage décide de prendre sa place et vagabonde très librement dans votre vie du quotidien.

On espère qu’il aura quelques idées à lui, des scènes improvisées, dictées par un je ne sais quoi. On espère secrètement le jaillissement de l’inattendu. Et parfois dix minutes d’inspiration fiévreuse rattrapent le retard de deux heures de création poussive. On voudrait que les personnages décident eux mêmes de leur destin et qu’ils introduisent habilement mille nuances de caractères. Au fond, tant de choses nous échappent dans l’élaboration de ces centaines de petits mondes voués à une poignée de lecteurs. A moins d’être Romain Gary ou Eric Orsenna, on écrit pour peu de regards. Et combien se poseront sur mon modeste récit ? Des dizaines ? Des centaines ?

J’ai horreur d’entendre des gens me dire « Ah oui tu écris pour le plaisir ». Les gens qui déclarent cela n’ont probablement jamais pondu une ligne. On n’écrit pas par plaisir. En fait, la quête d’écriture est une activité bien souvent douloureuse. Elle est contraignante, demande beaucoup de discipline et se ponctue parfois de fortes phases de questionnement. On ne peut pas être sûr. C’est un laboratoire, rien de plus. Sur les étagères poussiéreuses des milliards de possibilités, des millions de combinaisons, des flacons et des flacons étiquetés en hiéroglyphes. On ne comprend rien, on doit tester. La création est le protocole scientifique de l’artiste. Il faut tout essayer. L’apprenti écrivain fait jaillir des histoires de terre, des histoires que liront d’autres hommes après lui. Il faudra mettre un point d’honneur à y faire germer des idées. Je pense aux traits de mon personnage, à son caractère, son destin. Je pense à ce que l’écrivain lui réserve. Les mots sont des outils extrêmement efficaces, bout à bout ils suffisent à bâtir des cités, les remplir, les vider de villageois et de soldats. Ils ont droit de vie ou de mort sur les choses. Les mots sont les rois des récits. Ils embellissent ou pulvérisent. Nous ne sommes que des plumes qui tentent le pile ou face. Pile j’ai du talent, face je suis leurré. Et pourtant nous rejouons, inlassablement.

D.A

Dans la grande toile du monde

Dans la grande toile du monde, fusain, 27,3 x 35,7 cm, novembre 2020, copyright Diane Alazet

Nous vivons une époque bien étrange et la vision du monde de notre génération me semble si différente de celle de nos anciens. Qui n’a jamais entendu ses parents, grands parents dépeindre leurs années folles, le plein emploi, les trente glorieuses, la liberté sexuelle, la naissance d’une révolte, d’une conscience politique forte. Le berceau des rebellions modernes. Pleins d’opportunités. On m’a souvent raconté qu’il y a encore trente ans, les diplômes avaient peu d’impact. Un novice pur pouvait monter en grade, rapidement, par l’ardeur et l’audace. Et je ne peux m’empêcher de dresser des comparaisons : de quel monde avons-nous hérité? 


Dure génération que la notre qui doit subir et endosser les responsabilités du passé. J’ai récemment visionné un documentaire sur l’impact dramatique des réseaux sociaux dans le monde, la protection des données etc. etc. A la fin du film, j’ai eu des envies de révolte, contemplant pour la toute première fois la grande toile d’araignée tissée par le monde moderne. Peu importe au fond l’insecte qui la créée. J’ai regardé la toile comme un moucheron terrifié et le spectacle que j’y ai vu m’a complètement glacé : des milliards d’êtres humains englués dans les fibres, soumis par l’empire de l' »évolution ». J’ai compris qu’être humain en 2020 c’est ne plus pouvoir faire un pas sans sombrer dans la culpabilité , et ce pour diverses raisons : Nous allons faire nos courses, nous sommes coupables, parce que nous broyons le monde à coup de plastiques, de déchets – parce que nous abattons des bêtes dans des charniers vivants – parce que l’industrie alimentaire nous sature d’additifs en tous genres qui façonneront bien tranquillement nos petits cancers de demain. Nous regardons la télé, nous sommes coupables : parce que d’innombrables documentaires nous assènent des vérités fortes desquelles nous voulons nous détourner, sans succès. Puis, vous matez un film sur les réseaux sociaux et là encore, over, vous vous sentez pris pour des cons, démunis, minuscules devant la sarabande de conneries que le monde nous sert depuis des décennies. Le coup de maitre de la communication des dernières années a été de mettre sur notre dos les conséquences de leurs propres actes. 

Résultat en 2020, une petite artiste sans voix ressent de la colère. On lui avait promis un marathon légendaire, un truc un peu dingue qu’on appelait « la vie ». On lui avait promis quelque chose de fantastique. Mais elle bute sur le pas de la porte, elle prend sur ses épaules toutes les erreurs des Immoraux, les grands groupes, le Dieu profit, les technologies avancées, tous les maillons de la chaine, Amazon et sa com éthique à deux balles, les mensonges, les contre-vérités, les lobbying, les actions, la crise des subprimes, tout.


J’ai l’impression de n’avoir jamais entendu que le mot « crise ». Voilà, les historiens diront que nous sommes dans l’ère des crises. La crise économique d’abord pendant ce qui m’a paru être des décennies (de mon regard d’enfant, d’ado), puis la prise de conscience sérieuse de nos délits répétés, la crise écologique (celle là elle dure encore et elle n’est pas prête de s’arrêter). Et la petite nouvelle, la crise sanitaire : les centaines de milliers de morts, l’émergence des théories du complot, la précipitations de milliers de foyers dans la misère. Cette crise là au fond, elle les synthétise toutes.


Et nous, petits moucherons englués dans la toile, nous tentons d’imaginer ce que le monde a été, imaginer une réalité où marcher est possible sans être sans cesse interrompu par mille et un obstacles. Ce qui nous distingue de la génération précédente c’est la prise de conscience. Ils faisaient tout comme nous, mais ils ignoraient, eux, la gravité de leurs actes. La responsabilité sera pour nos épaules. Et c’est notre devoir que d’observer la toile. Une succession d’étapes : la contempler d’abord sans chercher à nier, appréhender son environnement, chercher des yeux l’ennemi (si l’araignée est proche ou non), puis déployer ses forces pour se sortir de là. Personne ne veut crever dans une toile d’araignée et si toutes les proies réfléchissent et combinent un plan stratégique, nous pouvons la détruire et sortir du traquenard. Mais nous ne le ferons pas seul, elle est déjà trop imposante. Il faudra mille sursauts et le cerveau de toutes les proies. 

D.A

Le sens de la fête

Le sens de la fête, photographie, 30 X 45 cm, octobre 2020, Copyright Diane Alazet

Quand on était enfant, tout était prétexte à la fête : une visite au magasin But où les centaines de canapés devenaient des labyrinthes géants dont il fallait s’extraire, l’arrivée d’un nouveau tissu qui nous servait de toile pour la confection de cabanes dans lesquelles nous dormions en cachette. Et puis il y avait Noël et Pâques et les anniversaires. Je sais que la période est difficile, nous ne savons pas encore s’il nous sera possible de passer les fêtes en famille cette année. Et ça fait très bizarre. Mais nous sommes enfermés avec beaucoup de temps. Quel luxe… Le temps qui nous tourmente, qui accélère et ralentit au gré de ses caprices est maintenant à notre merci, condamné entre quatre murs à nous obéir docilement.

Plus que jamais, nous pouvons revenir à ce sens inné de la fête. Vous vous souvenez comme nos coeurs battaient vite quand les parents criaient : « à table » et que nous terminions une partie. Chaque instant était crucial. Chaque seconde était occupée et la succession des étapes étaient chaque fois suivie d’un petit rituel de fête. Nous avons oublié le triomphe des goûters. l’odeur des biscuits chauds dans le four encore brûlant. La musique vagabonde qui nous tenait jusqu’au diner, parcourant toutes les pièces pour unifier la meute.

Il est urgent de renouer avec le sens de la fête, sans cela nous ne tiendront pas. La période est trop chaotique pour laisser gagner l’autre camp. Il faut offrir une résistance. Nous devons prendre les armes que nous avons à disposition et elles sont incroyablement simples : la joie, les rires, se féliciter des petites victoires, instaurer l’apéro de fin de journée de confinement, célébrer les jours, célébrer les nuits. Il faut réinventer la fête et nous avons des semaines pour cela. Des semaines gratuites, pour du beurre, pour rien, sans d’autres prérogatives que de « tenir le coup ». Mais on peut faire bien mieux que de « tenir le coup ». Honorons heure par heure le sens de la fête.

Construisez des cabanes sous les bureaux de télétravail. Cuisinez des plats gastronomiques si c’est votre truc. Créez des objectifs. Donnez vous les moyens de rêver. Alimentez vos idéaux. Lâchez le superflu et tout ce qui divise. Fédérez vous (et votre famille) autour d’un but commun. Il y a déjà trop d’ombres dehors, inutile de leur ouvrir la porte. Nous devons résister. Inventez des idées qui feront barrage à l’ennemi. Préparez vos plus beaux projets et mettez les sur pause pour trinquer.

D.A

Jouer les fins de parties

Jouer les fins de partie, photographie, 30 X45 cm, octobre 2020, Copyright Diane Alazet

En cette période de doutes, de misère, de peur, de perte, il me semblait fondamental de souligner la nécessité de continuer à jouer. Bien sûr c’est difficile, difficile de laisser son pion sur le plateau, difficile de battre les cartes quand tout semble déjà joué. A ce stade, il existe deux joueurs : ceux qui changent de stratégie et qui rattrapent leur retard et ceux qui baissent les bras et boudent le gagnant. Je vous propose seulement de re-jeter les dés. Rien n’est fait, rien n’est dit, rien n’est figé. Certains commerces se sont pris une claque monumentale, les restaurateurs, les emplois précaires, oui… Mais comme au jeu de l’oie, il reste maintenant deux options.

Il y a de la poésie dans les fins de parties. Beckett en a même fait un titre. Encore faut- il les jouer et leur donner leur chance. Je pense plus largement à la beauté folle des après. On parle toujours de l’évènement, jamais de l’instant d’après, on parle des batailles, jamais du lendemain. Vous savez cette minute qui sonne le gong final. Vous allez au resto, vous avez très très faim, vous commandez un plat bien bien fat et vous le dévorez derechef. Je parle de ce moment où vous devenez repu, où la faim violemment est remplacée par le trop plein. C’est un sentiment sans pareil, indélébile, insolite, étrange, incroyablement troublant. Je me demande naïvement pourquoi personne ne parle de ces instants là. Les secondes qui succèdent à une baise sauvage. La fin d’un repas arrosé. Les minutes qui achèvent des retrouvailles entre amis, lorsque chacun reprend sa route et qu’on se quitte tous au virage.

Les fins de parties c’est à la fois la satisfaction d’un désir et l’anticipation d’un futur. L’après contient en acte la prise en main des armes pour aller conquérir d’autres évènements, pour aller vivre d’autres après. Et je me demande si nos quêtes n’existent pas essentiellement pour la satisfaction de ces lendemains de batailles – encore bien davantage que pour l’événement en lui même. Quand on perd une partie, il suffit de recommencer et un jour, la roue tourne, comme elle l’a toujours fait. Il y a tant de beauté dans ces instants d’après que le monde semble se courber pour honorer le temps des hommes. Tout est stagné, figé, mis sur pause – entre le coeur battant de la minute d’avant et les bras au combat de la minute suivante. Les temporalités changent et la quête éternelle des hommes à mettre le présent sur pause est brutalement réalisée, pour une minute ou deux.

C’est une exhortation à relancer les dés. Jouez les fins de partie, résistez, jouez les, ne serait ce que pour vivre la splendeur d’après jeu.

D.A

L’importance du point de vue

Journée de fête, photographie, 30 x 45 cm, Copyright Diane Alazet

Il y a mille et une manières de photographier une scène. A ras le sol. De face. De dessus. De dessous. On peut choisir d’isoler un élément. On peut magnifier tout le cadre. On peut même capter le décor du contre champ de la scène. Alors, amis lecteurs, à l’heure des réseaux sociaux, il est important plus que jamais d’avoir son regard propre. Ce peut-être, pourquoi pas, l’exercice de la journée ? Trouvez une scène quelle conque et prenez le temps d’observer. Prenez le temps d’appréhender votre propre poétique : dans les détails ? Dans le tout ? Dans les reflets ? Dans les formats ? Tout est bon à saisir pour la formation du regard. Je pense que cette approche fait partie intégrante de la construction de soi. La quête de la découverte du monde et des hommes passe par l’observation. C’est la première des grandes étapes dans tous les domaines existants : science, art, mathématique et j’en passe.

Vous savez comme moi que les réseaux sociaux sont déjà sur-saturés d’images identiques, d’iconographies semblables. Cela tient sans doute au fait que pour beaucoup d’entre nous, la mise en scène d’une photographie est précisément calculée pour correspondre à ces images déjà existantes. Peut-être qu’en retournant le processus, nous accéderions à quelque chose de plus intime, de plus vrai ? Et si le clic final materialise notre oeil plutôt que l’oeil social ou celui de la toile… On assiste à quelque chose de sublime. Soudain, plus d’Iconographie des réseaux mais une toile grandiose aux milliards de regards, aux milliards de points de vue, de sensibilités, aux milliards de poèmes. Les hashtags deviendraient des mots clés vide de sens, de simple termes de classification. Les images qui les contiendraient seraient merveilleusement variées.

Je rêverais qu’ensemble nous tentions ce jeu. Les règles sont ouvertes. Il faut juste observer avec un regard neuf. Tous les points de vue sont bons à prendre ! J’ouvre aujourd’hui un petit concours poétique. Je me dis qu’à notre échelle, nous pouvons créer des remous. La thématique est la suivante : Scène de repas. A vous, pour une semaine, de prendre une photo différente, composer quelque chose de beau par un simple recours au réel. L’extraordinaire viendra de vos choix. Je publierai vos photographies les plus poétiques sur mon compte Instagram. ajoutez les hashtag #journalduneartistedulundi et #moniconographie. L’image que je présente est celle de l’article.

à vos regards, prêts, partez ! Le concours prend fin lundi prochain. Inondons la toile de poésie !

D.A