Par les yeux des poètes

 

 

DSC_0012 - copie

Par les yeux des poètes, crayon, fusain et marqueur, 27,3 x 35,7 cm, copyright Diane Alazet

 

Dans ces rues bordelaises au milliers de passants, une vérité jaillit : il faut poétiser le monde. Trop de sourires et de bonjours qui partent dans le vide. Le réel est bien trop ennuyant pour mériter qu’on s’y attarde. Chaque jour, on rencontre des gens courbés sous le poids quotidien des tâches qu’on leur impose, des ordres administratifs, des impôts, des factures, des choix sociaux et affectifs. Ils ont l’air tristes et abattus et leur vision est monochrome.

 

Alors je viens prôner le retour aux yeux des poètes. La même réalité peut avoir mille filtres différents selon qu’on la contemple ou qu’on lui jette un bref regard. Pourtant, le fabuleux peut advenir partout. Il suffit, pour le voir de porter des lunettes spéciales. Leurs verres sont polychromes et elles révèlent le Beau même dans les scènes les plus banales et les discours les plus communs. Le monde est saturé de décorums à découvrir, mais il faut pour cela savoir se détacher du reste, quitter l’assignation du poids des bonnes manières, oser prétendre à un point de vue.

 

Je pense que les meilleurs poètes n’écrivent pas tous des vers. Et les meilleurs recueils se lisent dans les regards. Il existe des millions de façons de concevoir le monde. Il faut trouver la sienne et la cultiver joyeusement, l’aimer, la dépenser, la partager, la faire grandir. Nous avons tous un rôle à jouer dans ce réel multifacette. Surprenons nous, réinventons, empruntons les sentiers sauvages. Le quotidien est romanesque si on l’observe bien en face. Au fond, personne ne veut d’une masse aux lentilles monochromes. Nous cherchons l’expérience ; concevoir de nouvelles couleurs, trouver des pigments inconquis. Nous sommes des artisans, des lunetiers millénaires qui façonnent et adoptent les verres qu’ils ont eux-mêmes conçus. Alors concevons bien, beau, magistral, hors normes.

 

Car nous pouvons tout voir, tout faire, tout construire. Plutôt qu’une fabrique de masse, on pourrait chacun faire ses choix. On essaierait les verres de ses amis les plus loyaux. Comme les lunettes classiques, on les retirerait subitement, surpris par la divergence visuelle de nos lentilles respectives. On verrait dix, vingt, cent, mille vues contradictoires. Ce serait d’une richesse folle, voir le monde des yeux des poètes.

 

D.A

La quête des nouveaux lieux

 

DSC_0040 - copie

Croquis de la Cathédrale St André, place Pey Berland, Bordeaux, crayon, 27,3 x 35,7 cm, juin 2020, copyright Diane Alazet

 

 

Quitter Paris pour plusieurs mois. Parcourir de nouvelles frontières. Arrivée : Bordeaux Saint Jean.

 

On a le coeur à mille à l’heure quand on découvre une nouvelle ville. On entend les habitués parler du nom des rues, des quartiers, des arrêts, des cafés, des grandes places. Et pour vous, ce sont des noms vierges. Peu importe les millions de piétons à en avoir foulé l’asphalte, les touristes, les bordelais, les provinciaux, les arrivants. Pour vous, ce ne sont que des noms vierges. Tenter maladroitement d’imaginer les lieux en entendant de ci-de là « Rue Sainte Catherine », « Place Saint Projet », « Les Quinconces », « La grosse cloche ». Très vite les mécanismes de l’imaginaire s’enclenchent bruyamment pour dessiner quelques contours. Car il est impossible de concevoir un lieu 0. Prenez n’importe quel homme. Dites un nom de rue qu’il ignore. Il sera incapable de ne rien imaginer, incapable de concevoir un espace non conçu.

 

On a tous ses méthodes pour découvrir une ville. Un peu intuitivement et sans trop réfléchir, j’ai retrouvé la mienne – recouverte de poussière ; se perdre dans les rues avec l’esthétique pour boussole. Marcher, marcher longtemps jusqu’à l’emplacement idéal. Un monument de pierre, une cathédrale ou une église. Quelque chose d’emblématique et de savamment travaillé. Là, se poser nonchalamment sur le sol aux milliers d’empruntes. Sortir le matériel de dessin. Un grand bloc, un crayon et une gomme misérable. Prendre un temps consacré pour observer l’édifice : d’abord dans sa globalité (l’échelle, la forme, le cadrage à envisager), puis dans son infinie précision (les ombres, les gargouilles, la géométrie, les vitraux).

 

Et ce temps de contemplation vous fait sentir le lieu plus fort. Alors, seulement, assise un peu en vrac sur la place Pey Berland, observant, fascinée la cathédrale Saint André, je me suis remémorée la découverte de Paris. Dix huit ans, je quittais ma Bretagne ( et tous ceux qui comptaient pour moi) pour investir la capitale et étudier l’Histoire de l’art. Paris m’intimidait. Je ne connaissais personne. J’ai eu la drôle d’idée d’interroger des gens, questionnaire en main, sur n’importe quel sujet, à la recherche de poètes. Et simultanément, je passais des après midis à esquisser l’église de la place Saint Sulpice. Alors, à Pey Berland, aux premiers coups de crayon, j’ai cerné ma méthode d’apprivoisement des villes. Elle commence par la pierre pour se terminer au fusain. Et la cathédrale esquissée, après cinq heures sous le soleil, je sentais que le lieu n’avait plus grand chose d’étranger. Bribes de conversations de passants bordelais avaient sauté à mes oreilles durant tout le temps du croquis. J’appréhendais les lieux. j’appréhendais les gens.

 

Retrouver le plaisir du dessin réaliste. S’attarder sur la géométrie des pierres. Passer la précision des figures. Les commentaires semi-discrets des familles en vadrouille quand ils aperçoivent ton croquis. Les compliments d’enfants. Brèves discussions. Les jeunes qui discutent au café des turpitudes adolescentes. Une place vivante qui vibre au son du mouvement retrouvé. Des petites âmes  – comme partout- qui ressortent d’une vie mise sur pause.

 

Comme aux temps doux de l’aventure, boite de pandore canonisée, j’ai retrouvé mes rites à la conquête des lieux.

 

D.A