Réintégrer la danse du monde

 

 

DSC_0011 - copie

Réintégrer la danse du monde, dessin et fusain, 27,3 x 35,7 cm, copyright Diane Alazet

 

 

Reprendre le travail après des mois de pause « forcée » et se sentir catapultée dans un univers parallèle. Il faut réadapter son rythme à la respiration du monde. Je crois ne jamais vous avoir parlé de mon travail alimentaire – ce que je fais quand je ne créer pas. On nous appelle communément les « recruteurs de donateurs » et sur les places de toutes les villes ou à la sortie des métros, pour Aides, Médecins du monde, Amnesty International (etc.), nous stoppons des passants et nous leur proposons d’agir. C’est un métier difficile mais merveilleusement gratifiant, lorsque vous y êtes efficace.

 

D’ordinaire, je l’exerce dans les rues parisiennes mais pour cette fois, ce sera Bordeaux, (dans la rue Sainte Catherine saturée de passants). Des centaines de bonjours, quelques discussions opérantes et l’impression pourtant étrange d’être dépassée par le monde. Joyeusement cloitrée dans ma bulle artistique, j’en avais oublié la cadence effrénée des hommes. Il faut réadapter tout son rythme cardiaque, se caler aux marches rapides et aux âmes indécises. Il faut réapprendre à lutter, quitter le rôle d’observateur et changer le poète en gladiateur associatif.

 

C’est dur d’abandonner le regard de l’artiste au profit de l’oeil social. Adieu vagabondage, errances méditatives car il faut réapprendre à voir le monde concret. Alors bien docilement, j’enlève un à un tous les filtres. Et le décor que j’aperçois me semble tellement faible. On y a levé les couleurs des masques que je viens d’ôter. C’est une scène sans poésie, incolore et cruelle. Et moi qui place si haut la stature idéale de l’homme, j’avais oublié dans les faits qu’il étaient tous si prévisibles. On entend dix mille fois par jour les mêmes phrases-justificatives : « J’ai pas le temps », « j’ai déjà mes oeuvres », « je le ferai sur internet » et on s’accroche pour les pépites qui valent tous les refus du monde.

 

Alors, la mort dans l’âme, après deux jours peu concluants, je comprends ce qu’il me reste à faire. Il faut, comme les passants, prendre les armes sociales et redevenir le guerrier qu’on avait cessé d’être. Triste constat, sans lutte, rien n’est possible. Et pour qu’il y ai réussite dans une société moderne, il faut qu’il y ait entrechoquement. J’aurais tellement aimé que le dialogue suffise.

 

Le jour se lève, il faut se battre.

2 réflexions sur “Réintégrer la danse du monde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s